Génériques et Généreux
Slide 2
Magasins
Economique
Slide 4
Magasins
Disponibilité
Efficacité
Slide 6
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Génériques et Généreux
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Slide 2
Agences
Slide 2
Agences
lundi 8 janvier 2018

Siège Social ZAD

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 37 37 50 à 54
Fax : 50 37 37 57
E-mail : cameg@cameg.bf

Agence Commerciale de Ouagadougou I

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 31 85 25/50 33 34 19 ou 21
Fax : 50 33 52 57
E-mail : aco1@cameg.com

Agence Commerciale de Ouagadougou II

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 33 19 21/50 46 30 24
Fax : 50 33 52 57
E-mail : aco2@cameg.com

Agence Commerciale de Bobo Dioulasso

01 BP 377 – Bobo Dioulasso 01
Tel : 20 98 45 40/20 98 44 04
Fax : 20 98 46 95
E-mail : acb@cameg.com

Agence Commerciale de Fada N’Gourma

01 BP 172 Fada N’gourma 01
Tel : 40 77 06 16
Fax : 40 77 06 17
E-mail : acf@cameg.com

Agence Commerciale de Ouahigouya

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 40 55 31 64 à 67
Fax : 40 55 31 68
E-mail : acohg@cameg.com

Agence Commerciale de Gaoua

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel : 20 90 06 76/77
Fax : 20 90 06 78
E-mail : acg@cameg.com

Agence Commerciale de Tenkodogo

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel :40 71 06 56/61/78
Fax :40 71 06 79
E-mail : act@cameg.bf

Agence Commerciale de Dédougou

Agence Commreciale de Dori

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel : 72 94 55 05/07
E-mail : acdo@cameg.bf

Accueil > Actualités >LE DIABETE

LE DIABETE
publié le jeudi 19 novembre 2015

Qu’est-ce que c’est que le diabète ?

Le diabète est une maladie incurable qui survient lorsque l’organisme ne parvient pas à utiliser convenablement le sucre (glucose), qui est un « carburant » indispensable à son fonctionnement. Le glucose, mal absorbé par les cellules, s’accumule alors dans le sang et est ensuite déversé dans l’urine. Cette concentration anormalement élevée de glucose dans le sang se nomme hyperglycémie. À la longue, elle peut entraîner des complications aux yeux, aux reins, au cœur et aux vaisseaux sanguins.

Quels sont les symptômes ?

  • Une élimination excessive d’urine (il est fréquent de se lever la nuit pour aller uriner).
  • Une augmentation de la soif et de la faim.
  • Une perte de poids.
  • Une faiblesse et une fatigue excessives.
  • Une vision floue.
  • Une augmentation de l’occurrence et de la récurrence des infections de la peau, des gencives, de la vessie, de la vulve ou du prépuce.
  • Un ralentissement du processus de cicatrisation.
  • Un engourdissement ou un fourmillement dans les mains et les pieds.

Comment est-il diagnostiqué ?

Une analyse de sang à jeun ou après absorption d’une solution sucrée est nécessaire. Il est toutefois nécessaire de vérifier ce résultat plusieurs fois pour en être sûr. Mais à partir d’une valeur de 1g/l à jeun, il faut se méfier. Une glycémie comprise entre 1 et 1,26g/l révèle déjà une intolérance au glucose. Après 45 ans, dans une famille où il y a des diabétiques, il est conseillé de faire doser sa glycémie tous les ans. Le dépistage du diabète est systématique au 6e mois de grossesse. 

Quels sont les moyens de prévention ?

De bonnes habitudes de vie réduisent le risque ou au moins retardent l’apparition du diabète :

  • adopter une alimentation équilibrée
  • faire régulièrement du sport
  • arrêter le tabac et consommer l’alcool avec modération
  • perdre du poids en cas de surpoids
  • l’allaitement maternel réduirait le risque de diabète chez l’enfant et chez la mère.

Quels sont les traitements ?

Dans tous les cas

Il est conseillé de modifier son régime alimentaire et de pratiquer une activité physique régulière. Une personne diabétique doit privilégier les sucres lents (riz, pâtes), les fibres (fruits, légumes, céréales) et les acides gras polyinsaturés (huile d’olive, de tournesol). Il faut éviter les sucres rapides (sodas, sucreries) et trop de viande rouge. Les repas doivent être pris de préférence à heure fixe (pas de grignotage).

En cas de diabète de type 1

Des injections d’insuline sont nécessaires. On contrôle sa glycémie pour évaluer la dose d’insuline à administrer. Certains patients peuvent être équipés d’une pompe à insuline qui délivre la bonne dose d’insuline.

En cas de diabète de type 2

Si la modification du régime alimentaire alliée à l’exercice physique ne suffisent pas à contrôler la glycémie, le médecin peut prescrire des antidiabétiques : sulfamides hypoglycémiants, glinides, biguanides, inhibiteurs des alphaglucosidases intestinales ou glitazones. Ces médicaments peuvent causer des effets secondaires : troubles digestifs (nausée, diarrhée, douleur abdominale…), troubles de la vision, prise de poids, maux de tête ou encore douleurs articulaires N’hésitez pas à les signaler à votre médecin traitant qui modifiera votre traitement en conséquence. Si les antidiabétiques ne suffisent pas, votre généraliste peut vous prescrire, en plus, un traitement par insuline.

Données mondiales sur le diabète

Le diabète est une condition chronique qui touche aujourd’hui plus de 382 millions de personnes dans le monde. Plus de 5,1 millions de décès par an sont dus au diabète, soit 14 000 morts par jour et 1 mort toutes les 7 secondes. En comparaison, on estimait, en 2012, que 1,6 millions de décès étaient dus au VIH (1,4- 1,9 millions). Selon la Fédération Internationale du Diabète (FID), en 2035, le diabète touchera 592 millions de personnes devenant ainsi l’une des principales causes d’invalidité et de décès dans le monde. Entre 2014 et 2035, la prévalence de diabète passera de 8,3% à 10,1% de la population mondiale.

Une « épidémie » pour les pays en voie de développement

Le diabète n’est plus, aujourd’hui, une maladie des pays riches. En effet, 80% des personnes atteintes de diabète vivent dans des pays à faibles ou moyens revenus. L’Afrique connaitra la progression de la prévalence de diabète la plus importante dans le monde au cours de la période 2013 – 2035. En effet, le nombre de personnes souffrant de diabète augmentera de 109% au cours des 20 prochaines années ; passant de 19,8 millions en 2013 à 41,5 millions en 2035. A cette date, la prévalence de cette maladie attendra les 6% de la population du continent.

Si l’on prend comme exemple le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et le Bénin, ces 4 pays d’Afrique de l’Ouest comptent déjà une prévalence de diabète comprise entre 3 et 6% de la population adulte. Pour comparaison, la prévalence du diabète en France en 2013 est estimée à 5,4% de la population adulte.

Pourquoi le diabète en Afrique ?

Transition nutritionnelle, surpoids, obésité, urbanisation et sédentarité
Jusqu’à une époque récente, évoquer les problèmes alimentaires en Afrique renvoyait à ces images d’adultes au visage creusé, vieillis avant l’âge, et d’enfants décharnés au ventre ballonné. Cette imagerie trop familière de la famine resurgit encore dans certaines régions frappées par une sécheresse excessive ou dans des zones de conflit qui utilisent l’arme de la faim pour contraindre des populations. Néanmoins, ce que l’on observe majoritairement sur le continent africain, depuis quelques années, c’est une transition entamée des formes de malnutrition, de la sous-nutrition vers la surnutrition

Les problèmes de surpoids ont très largement dépassé les problèmes de sous poids. Ce phénomène frappe principalement les villes où une femme sur quatre et un homme sur six sont touchés. Cette explosion de l’obésité, impliquant autant les classes aisées que les classes populaires, est essentiellement liée à l’apparition d’une transition nutritionnelle (consulter le dossier thématique "Transition nutritionnelle") qu’on peut définir comme une modification progressive des régimes alimentaires, contemporaine d’une forte baisse de l’activité physique. En cause, la très forte augmentation de matières grasses végétales et plus encore d’origine animale (viande, œufs, produits laitiers) et l’accès à l’huile industrielle, avec, en parallèle, l’introduction de nombreux produits industrialisés très gras, salés et sucrés venant s’ajouter à une alimentation traditionnelle très riche en glucides (céréales

Des produits gras comme l’huile, la mayonnaise, les plats en fritures, des produits salés comme les cubes alimentaires, les concentrés de tomate, le sel alimentaire et des produits sucrés comme le sucre simple et les biscuits envahissent les échoppes des marchés africains. Ces échoppes modernes sont très loin des marchés ruraux traditionnels. Et voilà réunis tous les ingrédients d’un modèle pléthorique hyper calorique, hyper gras, hyper sucré et hyper salé ! L’évolution des modes de vie avec l’augmentation des revenus des populations explique cette transition en même temps que la très forte croissance de l’urbanisation qui renforce la sédentarité par la généralisation des travaux de bureaux, l’utilisation des moyens de transports motorisés, la prolifération des écrans de télévision et des jeux vidéo pour les enfants.

Sources :

L’état des villes africaines 2010, ONU Habitat, rapport global 2010

www.topsante.com

www.santediabete.org/fr

OMS :

  • WHO Global NCD Action Plan, 2013-2020
  • Rapport sur la situation mondiale des maladies non transmissibles 2010. 2011
  • Aide-mémoire sur le Cancer
  • Noncommunicable Diseases Country Profiles 2011

IDF :

  • Introduction du 6e Atlas du diabète
  • Atlas du diabète de la FID I Sixième édition

Unaids :

  • Rapport ONUSIDA sur l’épidémie mondiale de sida 2013


Version imprimable de cet article Version imprimable |
CAMEG Infos

Les médicaments génériques  : efficaces et économiques.

CAMEG, nous contribuons à la lutte contre la pauvreté au Burkina Faso.

CAMEG : Le médicament générique pour tous les Burkinabè

Pr Nicolas Méda, Ministre de la Santé : " le personnel de la CAMEG compte dans la résolution de la crise à la CAMEG"

"Je suis venu dire aux travailleurs de la CAMEG que leur ressenti m’importe, pour mesurer toute la dimension de leur souffrance dans cette crise", a déclaré mardi 7 mars dernier, le Pr Nicolas Méda, Ministre de la Santé, lors d’une visite à la Centrale .

Mission de la CAMEG
La CAMEG est une centrale d’achat, de stockage et de distribution de produits pharmaceutiques et d’équipements de santé pour les structures publiques et privées intervenant au Burkina Faso et à vocation de service public.

Vision
D’ici 2020 , la CAMEG est une entreprise pérenne, d’utilité publique et leader des médicaments essentiels et de consommables médicaux au Burina Faso

Valeurs

  1. Sens de la responsabilité
  2. Efficience
  3. Innovation
  4. Solidarité

L’Administrateur provisoire de la CAMEG, Dr Charlemagne GNOULA a été installé le vendredi 14 avril 2017 dans ses fonctions. Il a affirmé sa volonté de procéder de façon inclusive à l’accomplissement de sa mission

LES PARTENAIRES SPONSORS DU 25e ANNIVERSAIRE DE LA CAMEG
CSEP
S.F.E.H
BAILLY CREAT
ECHITAB PLUS ICP
IDA FOUNDATION
BURKINA AGRICOLE (VITAZOM)
MISSION PHARMA
STS
BSN
MYLAN
GPS
MACLEODS
SIRMAXO
TROIKAA
MEDIS SENEGAL
GATT
TRANSICO
MULTI G
AFRICURE PHARMA
MSE
MEDICALE PHARMACEUTIQUE
RENA EXPORTS
HUMANWELL
UNIVERS BIO MEDICAL


PHARMACIES DE GARDE
Plus de détails...

NOS PARTENAIRES
Ministère de la santé


OMS


ACAME



météo Ouagadougou
Copiright © CAMEG - 2011 - Tous droits réservés