Génériques et Généreux
Slide 2
Magasins
Economique
Slide 4
Magasins
Disponibilité
Efficacité
Slide 6
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Génériques et Généreux
Génériques et Généreux
Slide 2
Agences
Slide 2
Agences
Slide 2
Agences
vendredi 19 janvier 2018

Siège Social ZAD

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 37 37 50 à 54
Fax : 50 37 37 57
E-mail : cameg@cameg.bf

Agence Commerciale de Ouagadougou I

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 31 85 25/50 33 34 19 ou 21
Fax : 50 33 52 57
E-mail : aco1@cameg.com

Agence Commerciale de Ouagadougou II

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 50 33 19 21/50 46 30 24
Fax : 50 33 52 57
E-mail : aco2@cameg.com

Agence Commerciale de Bobo Dioulasso

01 BP 377 – Bobo Dioulasso 01
Tel : 20 98 45 40/20 98 44 04
Fax : 20 98 46 95
E-mail : acb@cameg.com

Agence Commerciale de Fada N’Gourma

01 BP 172 Fada N’gourma 01
Tel : 40 77 06 16
Fax : 40 77 06 17
E-mail : acf@cameg.com

Agence Commerciale de Ouahigouya

01 BP 4877 – Ouagadougou 01
Tel : 40 55 31 64 à 67
Fax : 40 55 31 68
E-mail : acohg@cameg.com

Agence Commerciale de Gaoua

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel : 20 90 06 76/77
Fax : 20 90 06 78
E-mail : acg@cameg.com

Agence Commerciale de Tenkodogo

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel :40 71 06 56/61/78
Fax :40 71 06 79
E-mail : act@cameg.bf

Agence Commerciale de Dédougou

Agence Commreciale de Dori

01 BP 4877 - Ouagadougou 01
Tel : 72 94 55 05/07
E-mail : acdo@cameg.bf

Accueil > Actualités >MALADIE A VIRUS ZIKA

MALADIE A VIRUS ZIKA
publié le mardi 9 février 2016

La maladie à virus Zika est due à un virus transmis par des moustiques du genre Aedes. Les sujets atteints présentent en général une fièvre modérée, une éruption cutanée (exanthème) et une conjonctivite. Normalement, ces symptômes disparaissent en 2 à 7 jours.

Virus émergent transmis par les moustiques de genre aedes (piquant en général le matin, en fin d’après-midi et en soirée). Le virus Zika fut identifié pour la première fois en Ouganda en 1947 chez des singes rhésus, par le biais d’un réseau de surveillance de la fièvre jaune selvatique. On l’a ensuite identifié chez l’homme en 1952 en Ouganda et en République-Unie de Tanzanie. Des flambées de maladie à virus Zika ont été observées en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique.

Signes et symptômes

On ne connaît pas très bien la durée d’incubation (allant de l’exposition à la manifestation des symptômes), mais elle est probablement de quelques jours. Les symptômes ressemblent à ceux d’autres arboviroses, comme la dengue, et comportent de la fièvre, des éruptions cutanées, de la conjonctivite, des douleurs musculaires et articulaires, un état de malaise et des céphalées. Ces symptômes restent en général bénins et disparaissent en 2 à 7 jours.

Lors des grandes flambées épidémiques en Polynésie française et au Brésil, en 2013 et en 2015 respectivement, les autorités sanitaires nationales ont signalé des complications neurologiques et auto-immunes potentielles. Récemment, au Brésil, les autorités sanitaires locales ont observé une recrudescence des infections à virus Zika dans le grand public, ainsi qu’une augmentation du nombre des nouveau-nés atteints de microcéphalie dans le nord-est du pays.

Les organismes enquêtant sur les flambées épidémiques dues au virus Zika mettent à jour un nombre de données croissantes établissant un lien entre ce virus et la microcéphalie. D’autres investigations seront toutefois nécessaires pour pouvoir comprendre la relation entre la microcéphalie des nourrissons et le virus Zika. Des investigations sont également en cours sur d’autres causes potentielles.

Transmission

Le virus Zika se transmet à l’être humain par la piqûre d’un moustique infecté dans les régions tropicales. Celui-ci transmet aussi la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune.

Lorsqu’une personne infectée est piquée par le moustique, celui-ci est contaminé et il peut alors transmettre le virus lors d’une autre piqûre. Mais la transmission du virus pourrait aussi s’effectuer par voie sexuelle ou périnatale, lors de l’accouchement ou par le placenta notamment.

Des flambées de maladie à virus Zika ont été signalées pour la première fois dans le Pacifique en 2007 et en 2013 (îles Yap et Polynésie française respectivement), puis en 2015 dans les Amériques (Brésil et Colombie) et en Afrique (Cabo Verde). En outre, plus de 13 pays des Amériques ont notifié des infections sporadiques à virus Zika, signe d’une expansion géographique rapide de celui-ci.

Risques pour les futures mamans

Au Brésil, des complications neurologiques tel que le syndrome Guillain Barré ont été identifiées chez les nouveau-nés dont les mères ont été infectées pendant qu’elles étaient enceintes. Même si "l’hypothèse d’une relation de cause à effet entre la recrudescence de cas de microcéphalies fœtales ou néonatales et une infection par le virus Zika chez la mère est probable", le Haut conseil de santé publique (HCSP) a décidé de renforcer ses recommandations auprès des futures mamans et reste "très fortement suspecté", a précisé Marisol Touraine dans un discours prononcé le 3 février.

La microcéphalie est une anomalie rare du nourrisson consistant en une petitesse excessive de la tête. Elle est due au développement anormal du cerveau de l’enfant dans l’utérus ou au cours de la petite enfance. Pendant la croissance, les nourrissons et les enfants atteints de microcéphalie présentent souvent des troubles du développement du cerveau. La microcéphalie est causée par différents facteurs environnementaux et génétiques comme le syndrome de Down ; l’exposition intra-utérine aux drogues, à l’alcool ou à d’autres toxines ; et une infection due à la rubéole pendant la grossesse.

Recommandations pour les femmes enceintes dans les pays touchés

Dans les pays d’Amérique du Sud touchés par le virus Zika, il est recommandé aux femmes enceintes d’éviter toute grossesse pendant cette phase épidémique qui pourrait durer jusqu’en juillet 2016. Le gouvernement brésilien a fortement déconseillé aux futures mamans d’assister aux Jeux Olympiques organisés du 5 au 21 août à Rio de Janeiro.

Diagnostic

On diagnostique le virus Zika par PCR (amplification en chaîne par polymérase) et par isolement à partir d’échantillons sanguins. Le diagnostic sérologique peut être difficile à cause de la possibilité de réactions croisées avec d’autres flavivirus, par exemple le virus de la dengue, du Nil occidental ou de la fièvre jaune.

Prévention

Les moustiques et leurs gîtes larvaires représentent un risque important pour l’infection à virus Zika. La prévention et la lutte s’appuient sur la réduction du nombre des moustiques à la source (élimination ou modification des gîtes larvaires) et la diminution des contacts entre ces insectes et l’être humain.

Pour y parvenir, on peut appliquer des produits répulsifs, porter des vêtements (de préférence de couleur claire) couvrant le plus possible le corps, mettre des obstacles physiques, écrans anti-insectes, portes et fenêtres fermées, et dormir sous des moustiquaires. I

Il est également important de vider, de nettoyer ou de couvrir tous les contenants susceptibles de retenir l’eau, comme les seaux, les pots de fleurs ou les pneus, de façon à éliminer les endroits où les moustiques peuvent se reproduire.

On accordera une attention particulière et une aide spéciale à ceux qui peuvent ne pas être capables de se protéger correctement, comme les jeunes enfants, les malades ou les personnes âgées.

Lors des flambées, les autorités sanitaires pourront préconiser des pulvérisations d’insecticide. Les insecticides recommandés par le système OMS d’évaluation des pesticides (WHOPES) peuvent également servir de larvicides pour traiter des conteneurs d’eau relativement grands.

Les voyageurs doivent prendre les précautions de base décrites ci-dessus pour se protéger des piqûres de moustiques.

Traitement

La maladie à virus Zika est en général relativement bénigne et ne requiert aucun traitement spécifique. Les sujets atteints doivent beaucoup se reposer, boire suffisamment et prendre des médicaments courants contre la douleur et la fièvre. En cas d’aggravation des symptômes, ils doivent consulter un médecin. Il n’existe actuellement aucun vaccin.

Action de l’OMS

L’OMS collabore avec les pays :

  •  pour définir les recherches nécessaires sur la maladie à virus Zika et établir un ordre de priorité les concernant en réunissant les experts et les partenaires ;
  •  pour renforcer la surveillance du virus Zika et des complications potentielles ;
  •  pour renforcer les capacités de communication concernant les risques afin d’aider les pays à tenir leurs engagements en vertu du Règlement sanitaire international ;
  •  pour assurer une formation sur la prise en charge clinique, le diagnostic et la lutte antivectorielle, notamment par l’intermédiaire d’un certain nombre de centres collaborateurs de l’OMS ;
  •  pour renforcer la capacité des laboratoires à détecter le virus ;
  •  pour aider les autorités sanitaires à élaborer des stratégies de lutte antivectorielle visant à réduire les populations d’Aedes, par exemple en fournissant des larvicides pour traiter les eaux stagnantes qu’il n’est pas possible de vider, de nettoyer ou de couvrir ;
  •  pour formuler des recommandations concernant les soins cliniques et le suivi des porteurs du virus Zika, en collaboration avec les experts et les autres organisations dans le domaine de la santé.

Sources

www.who.int

www.journaldesfemmes.com



Version imprimable de cet article Version imprimable |
CAMEG Infos

Les médicaments génériques  : efficaces et économiques.

CAMEG, nous contribuons à la lutte contre la pauvreté au Burkina Faso.

CAMEG : Le médicament générique pour tous les Burkinabè

Pr Nicolas Méda, Ministre de la Santé : " le personnel de la CAMEG compte dans la résolution de la crise à la CAMEG"

"Je suis venu dire aux travailleurs de la CAMEG que leur ressenti m’importe, pour mesurer toute la dimension de leur souffrance dans cette crise", a déclaré mardi 7 mars dernier, le Pr Nicolas Méda, Ministre de la Santé, lors d’une visite à la Centrale .

Mission de la CAMEG
La CAMEG est une centrale d’achat, de stockage et de distribution de produits pharmaceutiques et d’équipements de santé pour les structures publiques et privées intervenant au Burkina Faso et à vocation de service public.

Vision
D’ici 2020 , la CAMEG est une entreprise pérenne, d’utilité publique et leader des médicaments essentiels et de consommables médicaux au Burina Faso

Valeurs

  1. Sens de la responsabilité
  2. Efficience
  3. Innovation
  4. Solidarité

L’Administrateur provisoire de la CAMEG, Dr Charlemagne GNOULA a été installé le vendredi 14 avril 2017 dans ses fonctions. Il a affirmé sa volonté de procéder de façon inclusive à l’accomplissement de sa mission

LES PARTENAIRES SPONSORS DU 25e ANNIVERSAIRE DE LA CAMEG
CSEP
S.F.E.H
BAILLY CREAT
ECHITAB PLUS ICP
IDA FOUNDATION
BURKINA AGRICOLE (VITAZOM)
MISSION PHARMA
STS
BSN
MYLAN
GPS
MACLEODS
SIRMAXO
TROIKAA
MEDIS SENEGAL
GATT
TRANSICO
MULTI G
AFRICURE PHARMA
MSE
MEDICALE PHARMACEUTIQUE
RENA EXPORTS
HUMANWELL
UNIVERS BIO MEDICAL


PHARMACIES DE GARDE
Plus de détails...

NOS PARTENAIRES
Ministère de la santé


OMS


ACAME



météo Ouagadougou
Copiright © CAMEG - 2011 - Tous droits réservés